Sa culture

La culture du ver à soie ou la sériciculture.

 

  Le ver à soie a une durée de vie d’environ 25 jours. Il est élevé dans un bâtiment  appelé magnanerie ‘La manhanariá’ en patois et défini simplement comme ‘la maison du ver à soie’ par G. Bégis ancien magnanier dit ‘Lo manhan‘ en occitan tout comme le ver à soie.

 Les œufs, appelés ‘graines’ sont mis dans une boîte près de la cheminée m’a dit S. et des chenilles minuscules écloront 15 à 18 jours plus tard (rf : Cycle du Bombyx Mori).

 Ces chenilles sont nourries avec des feuilles de mûrier récoltées (rf : Photo de G. Bégis en train de récolter les feuilles de mûrier    ) qui sont choisies jeunes aux extrémités des branches (ne pas prendre les deux premières). Elles sont posées sur les chenilles qui montent sur cette nourriture fraîche, ce qui permet d’ôter le reste des anciennes feuilles bien grignotées (rf : voir les photos de G. Bégis qui mettait du journal troué).

 Plus elles vieillissent et plus elles deviennent grosses et ont faim. A ce moment, le magnanier leur donne des feuilles fraîches 3 à 4 fois par jour.

 Dans notre magnanerie, les feuilles étaient stockées dans une pièce où les magnaniers accédaient par une échelle. S. se souvient d’avoir vu ses parents les mettre sur la terrasse archée nommée ‘calberte’ qui permettaient aux feuilles de sécher au gré du vent.

 Dans le cas où les feuilles sont un peu sèche, et ce surtout au printemps, laver les feuilles à l’eau claire avant de nourrir les chenilles. Sinon, celles-ci deviennent grosses sans parvenir à tisser leur cocon.

 Alors que les chenilles mesurent 8 cm, vers 4 semaines environ, elles ne s’alimentent plus et cherchent à monter pour tisser leur cocon (chez G. Bégis, des photos prouvent qu’elles pouvaient le faire aussi bien dans un parpaing, un tuyau… là où elles trouvaient à se loger. G. Bégis n’utilisait plus la bruyère, mais des hérissons en plastiques qui étaient ensuite nettoyés et désinfectés.

 On peut alors apercevoir la chenille tisser son cocon en tournant sur elle-même.  Celui-ci est blanc, mais peut devenir jaune si la chenille meurt. Dans ce cas, le cocon est jeté.

 La chenille mue en nymphe, puis au bout de 15 jours environ, celle-ci devient un papillon appelé Bombyx Mori. Dans Certaines annotations, il est noté que c’est le mâle qui sort en premier…. Ce qui est sûr, c’est qu’il a un abdomen plus petit que celui de la femelle.

 Lorsqu’il sort, il ne se nourrit pas.

 Les mâles et les femelles s’accouplent. Ces dernières pondent avant de mourir au bout de 15 jours environ.

 Les œufs sont stockés dans une boîte étanche au réfrigérateur entre 2 – 6° pour l’année suivante.

 Pour le cas où les magnaniers ne conservaient pas les œufs qui ressemblent à des têtes d’épingles, ils achetaient des boîtes sur Lyon (rf : voir la photo des boîtes à graines).

 

Theme by HermesThemes

Copyright © 2017 Gîte Lo Monhan - Anduze - Cévennes. All Rights Reserved