Histoire du protestantisme

Anduze fut marqué par le protestantisme vers 1560.

Définition

Le protestantisme

Ensemble des philosophies religieuses originaire des Églises de la Réforme au cours du moyen âge qui réunit les opinions religieuses chrétiennes croyants à la résurrection de Christ. Il réunit principalement les luthériens, les églises réformées, les baptistes, les anglicans et les méthodistes, sous l’influence de théologiens tels que Martin Luther, Jean Calvin, Ulrich Zwingli, Pierre Valdo, Jan Hus…

Le protestantisme est une expression issue de la ‘protestation’ des princes des états luthériens du Saint empire contre les mesures prisent lors de la seconde diète de Spire (1529), par les princes de Spire (Allemagne) à majorité catholique. Le décret instauré stipule que chaque prince pourra choisir le culte célébré dans son état, ce qui entraîna l’exil de la population de croyance opposée des autorités. Jean 1er de Saxe avait déjà établi son autorité en instituant le luthéranisme en 1926. Charles Quint, alors absent lors de cette assemblée, est hostile au décret. Le Saint Siège l’accuse de soutenir Luther, aussi il convoque en 1529 une seconde diète de Spire avec son frère Ferdinand 1er pendant laquelle il révoque toutes les concessions faites aux paysans et rétablit le culte cathollique et la messe en latin. Des princes, tel le prince de Saxe, protestent et manifestent une protestation. Ils sont alors appelés ‘protestants’.

Tout commença à partir du 31 octobre 1517 lorsque le moine allemand et docteur en théologie augustin dit Martin Luther publie les 95 thèses montrant du doigt les travers de l’Église catholique romaine en attestant que la seule autorité sur laquelle repose la foi est la Bible.

La fédération protestante de France née le 25 octobre 1905 répertorie 26 unions d’Églises et 320 Églises sur le plan International. Elle a pour but de rassembler tous les protestants.

Origine du protestantisme

La réforme Luthérienne

 

Les Vaudois*

Hier

Au XIIe siècle (1230 – 1240), il est stipulé dans des écrits que des chrétiens Vaudois, nommés ‘les pauvres de Lyon’ furent massacrés en même temps que les Cathares parce que le pape Lucius III qui représentait l’Église les excommunia en 1184. Ils errèrent pendant 2 siècles.

Le nom du mouvement Vaudois vient de Pierre Valdo / Valdès (1140 – 1217), un lyonnais qui laissa tout pour annoncer l’évangile. Il fit traduire le nouveau testament en langue provençale, usitée à cette époque.

Au XIIIe siècle, son centre en Lombardie autour de Milan. Puis, se répand vers l’Autriche, dans le sud de l’Allemagne avec les disciples de Jan Hus. Des communautés se créent dans le Piémont et les ‘Barbes’ ou ‘oncles’ visitent les groupes clandestins formés.

Au XVIe siècle, des idées de réformateurs se répandent. Des émissaires sont envoyés en Suisse et à Strasbourg pour discuter avec Guillaume Farel, Oecolampade et Martin Bucer.

C’est en 1532, Farel est présent au synode de Chanforan dans les Vallées Vaudoises en Italie.  Les Vaudois adhérent à la Réforme et suivent Zwingli et Bucer. Ils ne sont plus clandestins et fondent des temples pour s’y recueillir ouvertement grâce à la prédication de ‘Pasteur’ et non plus de ‘Bardes’. Ils financent la Bible d’Olivétan en français.

De 1536 à 1559, le Traité de Cateau – Cambrésis stipule qu’il soit rendu les terres du Duc de Savoie  – l’évangélisation se poursuit dans le Piémont qui voit partir ses prédicateurs afin de se former à Genève pour revenir annoncer la Parole.

A nouveau les pasteurs, les libraires et les chefs religieux sont persécutés et meurent sur le bucher.

Des groupes se propagent en Provence, dans la Calabre et les Alpes, faisant ainsi revivre des régions pauvres. Mais de nouvelles persécutions se font sentir entre le XIV – XVe siècle. Ceux qui échappèrent au bucher sont contraints d’abjurer leur foi.

  • Le massacre des Vaudois du Lubéron
  • Le massacre des Vaudois en Calabre
  • La résistance en Piémont

Au XVIIIe siècle (1718 – 1789), à l’ère du siècle de lumière, le pays vaudois reste sous l’emprise du protestantisme dans le Piémont catholique devenu Royaume de Sardaigne et se soumet à l’influence austro-hongroise.

 Ils subsistent grâce au soutient des Églises protestantes qui leur envoie des pasteurs et des aides pour créer des écoles, et obtenir des bourses d’études qui permettent aux jeunes vaudois de pouvoir étudier en Allemagne, Hollande et Suisse.

De 1795 à 1815, les vaudois sortent de leur ‘ghetto’ grâce aux armées révolutionnaire et bonapartiste.

Malgré ce goût de liberté cessa en 1815 lorsque le roi de Sardaigne remis sur le trône restaure les anciennes lois en vigueur.

En 1825, Félix Neff évangélise et réveille ces régions.

Le 17 février 1848, Charles-Albert écrit des actes législatifs qui rendent les droits civiques et politiques aux vaudois. L’Église vaudoise ne sera reconnue à égalité qu’un siècle plus tard.

Aujourd’hui

25000 italiens (10000 dans les vallées vaudoises où ils représentent 50% de la population) sont comptabilisés dans les Églises vaudoises et méthodistes, unifiées dès 1975.

Ceux-ci sont en étroite relation avec les Églises vaudoises d’Amérique latine par leur participation au même synode.

Dès leur origine, les Églises vaudoises s’affichent dans les organisations œcuméniques internationales – Conseil œcuménique des Églises évangélique d’action apostolique (Cevaa).

Dans la deuxième partie du XXe siècle, le pasteur Tulio Vinay crée le centre Agape à Prali dans les vallées vaudoises fondé sur la réflexion des thèmes religieux, politiques et sociaux, ainsi que le centre communautaire de Riesi en Sicile dont le but est de renouveler la foi de cette petite ville.

*Pour plus détails vous pouvez voir l’historique sur le lien ci-dessous à copier / coller dans la barre de recherche.

Histoire des Vaudois

Géographie protestante (1660)

Géographie protestante 1660 - Carte du musée virtuel du protestantisme.60

Centres importants des protestants en France au XVIIe siècle © Musée du Désert

Nous remarquons que la population protestante est surtout  située dans le sud et de nombreuses provinces atlantiques.

Une baisse de la population protestante pendant la période du XVIIe siècle d’ordre politique et militaire, mais aussi à cause de l’épidémie de peste qui sévit :

  • A Montpellier de 1629 à 1630.
  • A Anduze en 1650.
  • A Montauban de 1653 à 1654.
  • A Saumur en 1624 et 1631.

De 1660 à 1670, le protestantisme français est presque ‘réformé’.

L’Alsace n’est réunie à la France qu’en 1648 (Strasbourg en 1681 et Le pays de Montbéliard en 1793).  Le protestantisme, en majorité luthérien, y est installé.

 

Theme by HermesThemes

Copyright © 2017 Gîte Lo Monhan - Anduze - Cévennes. All Rights Reserved