Boisset et Gaujac

                             Boisset et Gaujac

Armorial de la commune de Boisset et Gaujac

D’azur aux trois buis arrachés d’or.

HISTORIQUE

Boisset et Gaujac dans les temps anciens

La 1ère partie du mot de Boisset viendrait du mot ‘buis’, plante vivace couvrant les collines boissetaines.  1 siècle après J.C. on parlait de parochia de buxetis (parochia = populus, c’est-à-dire les fidèles d’une église).

Le nom de Gaujac désigné du nom de ‘Gouiacum’ viendrait du riche propriétaire terrien romain nommé Gaudius.

Du passage des romains il a été retrouvé sur Boisset et Gaujac :

  • – Des vestiges gallo-romains de tuiles ou de poteries.
  • – Une voie romaine.

Le hameau de Boisset et Gaujac était habité par des abbés avec une chapelle St Saturnin d’origine romane du XIIème siècle, Incendiée en 1704 et restaurée en 1723, un presbytère, la maison de l’abbesse, un réfectoire, un cimetière, 2 fours à pain, une source, une écurie, une bergerie et un four à chaux.

La Seigneurie de Boisset, faisant partie de la Comté d’Alès,  appartenait à Pierre de Bermond II d’Anduze, Aliénés en faveur du dauphin de Viennois Humbert, ces domaines sont vendus à Guillaume Rogier, Comte de Beaufort et frère du pape Clément VI. Ce dernier inféode en faveur du sieur Claude Delaporte, marchand d’Anduze, vassal du Comte de Beaufort.

Ses descendants cèdent la Seigneurie de Boisset à Flavard, avocat au parlement.

1789 ou 1790 Le maréchal de Lascours, aide de camp à Lafayette, présente la décision du Conseil de la Constitution décrétant que les 2 paroisses doivent s’unir pour ne former qu’une commune ‘Boisset et Gaujac’.

 

Boisset et Gaujac au XIXème siècle (1er janvier 1801 au 31 décembre 1900.)

1826 Michel Montaud, maire de Boisset, achète une propriété de Boisset et Gaujac et la donne à une de ses filles qui est mariée à Jean-Pierre Eugène Rieu de Montvaillant (nom que l’avocat Rieu du côté de Florac racheta à l’un des descendants du Château de Montvaillant à la Salle Prunet, hameau voisin de Florac.). Cette propriété devint le château de Montvaillant.

Contexte de l’époque en France et au niveau mondial – Années 1850

Évènements en France

1848 – 1856 Ruée vers l’or en Californie.

1852 – 1870 Second Empire en France (Louis-Napoléon Bonaparte devient Napoléon III, empereur des français le 2 décembre 1852.). [le 1er empire (1804 – 1814 Napoléon 1er –  Bonaparte / 1811 – 1832 Napoléon II – L’Aiglon – roi de Rome, empereur des Français, fils de Napoléon I et l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche.].

1850 – 1870 Très forte croissance économique mondiale des années 1850.

Très forte croissance économique mondiale des années 1850 – 1870 La plus forte du XIXème siècle.

  • En France première partie du règne de Napoléon III, appelé aussi Second Empire (1852 – 1870).
  • Entre 1853 et 1869, la production industrielle française progresse de 50%, l’activité du bâtiment double et les exportations sont multipliées par 2,6 grâce à la forte croissance dans les autres pays.
  • La Révolution industrielle (expression d’Adolphe Blanqui) – Processus qui fait basculer, plus ou moins rapidement selon les pays et les régions, une société à dominante agraire et artisanale vers une société commerciale et industrielle. Tirée par le boom ferroviaire de années 1840’ qui affecte profondément l’agriculture, l’économie, la politique, la société et l’environnement.
  • Croissance plus forte aux Etats Unis grâce à l’immigration et la conquête de l’Ouest.

Évènements des années 1850 à 1851

  • 31 mai 1850Lois votées par les modérés restreignant le suffrage universel.

Pour être électeur, il faut être domicilié depuis 3 ans dans le même canton et n’avoir jamais été condamné pour délit de droit commun ou politique.

  • 15 mars 1850Vote de la loi Falloux sur l’enseignement public.
  • Porte le nom du ministre de l’instruction publique qui en avait soutenu le projet.
  • La liberté de l’enseignement y est reconnue et de grands avantages sont donnés aux associations religieuses qui l’assurent Ecoles et collèges peuvent être créés librement pour le primaire et le secondaire. Il suffit d’avoir le brevet ou le baccalauréat pour avoir le droit d’enseigner. En 2 ans, 257 collèges libres feront concurrence aux lycées.
  • 2 décembre 1851Coup d’état de Louis Napoléon Bonaparte.
  • Les parisiens découvrent sur les murs de la capitale la proclamation de la dissolution de l’Assemblée nationale et le rétablissement du suffrage universel.
  • Est placardé encore un ‘avis au peuple français’ qui est un appel au plébiscite, par lequel le peuple est invité à reconnaître l’autorité de Louis Napoléon Bonaparte.
  • Le Palais – Bourbon a été investi dans la nuit par la troupe. Les 200 députés qui ne peuvent avoir accès à la Chambre se retrouvent à la mairie puis emmenés à la caserne du quai d’Orsay.
  • Les députés Victor Hugo, Victor Schoelcher, Jules Favre, Alphonse Baudin et Michel de Bourges tentent de soulever le peuple de Paris. Hugo rédige un appel au peuple et à l’armée.
  • Le duc de Morny, ministre de l’Intérieur et demi-frère de Louis Napoléon, déclare à propos du coup d’Etat ‘qu’il n’a guère été qu’une opération de police un peu rude.’

 

Historique du temple de Boisset et Gaujac

En 1851 la population a augmenté avec 431 habitants.

L’an mil huit cent cinquante et le quinze décembre le conseil municipal de Boisset et Gaujac se réunit dans la maison communale en vertu de l’autorisation de Monsieur le Préfet d’Alais sous la présidence de Monsieur André maire.

Monsieur Aupham architecte à Alais désigné, a donné un devis estimatif et détaillé de la construction qui s’élèverait à 5450 francs.

J’ai fait une recherche sur cet architecte qui n’est pas connu.

1er terrain de Monsieur Novis Cahours se trouvant au pont.

  • – Celui-ci est plus centralisé.

– Il s’avère que celui-ci ne veut plus vendre.

– De toutes les façons, les frais d’acquisition (fondations…) sont très considérables pour la commune.

– De plus, c’était un terrain désigné par les ‘opposants’ de la commune.

2ème terrain se trouvant à 400 mètres du 1er, appartenant à Mme Rieu de Montvaillant née Montaud.

Et ce,

Je cite le texte lors de la délibération du : ‘Pour servir à l’emplacement d’un temple dont les frais seront imputés sur le produit d’une souscription volontaire’.

Aujourd’hui, on dit ‘d’utilité publique’.

Le terrain sur lequel la commune désire que le temple soit construit est au pied d’une montagne couverte de chênes verts et blancs – qu’il confronte au levant et à midi deux chemins. Celui allant aux habitations élevées de Boisset et celui allant  au château des autres côtés de la dame Rieu de Montvaillant.

L’an 1850 et le 24 septembre dans la salle commune et en vertu de l’autorisation du préfet d’Alais, sous la présidence de Mr André, maire, Madame Cilza Montaud, épouse de Mr Rieu de Montvaillant, signe la vente du terrain.

L’an 1850 et le 16 novembre dans la maison de commune.

Une commission nommée par le Sous-Préfet de l’arrondissement d’Alais, à procédé à une enquête de commodo et d’incomodo sur le projet formé pour ladite commune d’acquérir une parcelle de terrain  située sur le lieu de Boisset, appartenant à Mme Rieu de Montvaillant, née Montaud pour choisir à l’emplacement d’un temple protestant.

Pourquoi le terrain a été choisi?

L’an 1850 et le 19 décembre.

À côté du terrain du château de Montvaillant il y a l’eau et 2 fours à chaud, ce qui est une économie dans la construction.

 Il est abrité contre le froid et est exempte de toute humidité.

L’an 1850 et le 24 novembre, après délibération, le président du consistoire d’Anduze certifie que le consistoire d’Anduze n’a ni budget, ni fonds disponibles pour aider à la construction d’un temple dans la commune de Boisset et Gaujac.

 Le 05 décembre 1850, procès verbal de vente du terrain de Madame Rieu de Monvaillant née Montaud.

 L’an 1950 et le 19 décembre – La somme à payer pour la construction du temple est de 5450 francs. Les habitants protestants de Boisset et Gaujac se portant à la somme de 2224 francs, la commune pense donner 600 francs, produit de la vente d’une coupe de bois, le Consistoire d’Anduze demande au Gouvernement une aide financière de 2626 francs.

L’an 1850 et le 19 décembre, le Président du Consistoire d’Anduze, le Pasteur Soulier, demande l’aide financière au Gouvernement.

 Le 8 mars 1850 – Délibération de la commune – Imposition extraordinaire pour une construction d’un temple est d’une indispensable et urgente nécessité.

‘Attendu que la population étant mixte, il ne serait pas juste, quoique le culte protestant soit en très grande majorité, de voter une imposition extraordinaire pour une construction faite dans l’intérêt ‘seul de ce culte…’

 

 

Theme by HermesThemes

Copyright © 2017 Gîte Lo Monhan - Anduze - Cévennes. All Rights Reserved